il me faudra du temps pour espérer retrouver mon entrain pour toutes les petites choses de la vie. Il y a une petite semaine, je me levais chaque matin - pas toujours enchantée - mais je savais que la journée allait se passer, tranquillement, parfois rapidement. Il y avait des jours avec et des jours sans mais jamais de lassitude, jamais de dégout ... Toujours une envie de vivre la journée comme elle devait être - sans trop me poser de questions ... Les jours passaient et j'étais heureuse de les vivre quoi qu'ils me réservaient. Mais ça, c'était avant!

il me faudra du temps pour accepter cette journée maudite du 20 septembre 2013 - la journée qui devait se passer comme toutes les autres mais qui a tourné au drame. Je ne savais pas ce qu'elle allait me réserver, je ne savais pas que ce jour - là serait un jour marqué à jamais dans ma mémoire, dans mon coeur, ma rancoeur, mon dégout, ma haine. Depuis cette journée , je ressens une profonde tristesse mêlée à de la mélancolie. Je sais que j'ai changé. Encore.

Il me faudra du temps pour pardonner. Pardonne - nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé. Cette phrase de la prière des chrétiens, je ne peux plus la prononcer depuis quelques temps déjà.L'ai - je seulement dite une fois seulement?  Croyante, je récite Notre père mais je reste muette à cet instant. Je ne sais pardonner - ou pas encore - toutes les offenses faites à mes proches. On me dit que le temps me donnera la force de les comprendre et de leur pardonner. Pour le moment, je ne peux y croire et je ne veux pas franchir ce cap. Les blessures sont trop grandes, à vif, saignantes. Elles laissent des cicatrices qui ne guérissent pas. Cela fait - il de moi une mauvaise chrétienne? Et ceux qui ont causé tant de peine dois - je encore les respecter? Ne dit - on pas que l'on répond aux imbéciles par le silence? Mais parfois, ne faut - il pas vider son coeur et ses tripes pour ensuite se sentir libérer? J'avoue avancer à l'aveugle dans ce brouillard ...

Il me faudra du temps pour cesser de pleurer en pensant à toi papa. Je ne peux pas imaginer que tu sois partie pour toujours. J'espère un appel qui n'arrivera jamais. Je t'imagine franchir le seuil de ma maison mais tu n'arrives jamais. Je souhaite recevoir tes conseils mais je ne t'entends plus. Tout me manque : ta présence, ta voix. Je lève mon regard tous les soirs vers le ciel à la première étoile. Je te sais là - haut mais je te veux ici. Ce caprice ne se réalisera jamais. Je le sais. Toutes les nuits, je reste assise dans mon lit sans que le sommeil ne vienne à ma rencontre avant tard, très tard. Alors la machine à pensées se met en route et la nuit est torture. Je pleure seule. Je ne pleure pas devant maman qui souffre tant que je ne veux ajouter à sa douleur ma détresse.

Il me faudra du temps pour me reconstruire, reprendre confiance en la vie. Il me faut apprendre à vivre ton absence.

Papa, guide - moi!

Bougie-et-mains-1359291449_85